[]
 

Accueil > Librairie AdmiNet > Jean Loup CHIFLET & Marie DEVEAUX : #balancetonmot Balance ton (...)

Pour commander, cliquez ici

Jean Loup CHIFLET & Marie DEVEAUX : #balancetonmot Balance ton mot

Les féministes dénoncent depuis fort longtemps le sexisme de notre langue et en particulier de la grammaire, mais c’est au vocabulaire qu’il convient d’abord de s’attaquer. Ce sont ces innombrables mots ouvertement ou traîtreusement machistes qu’il est urgent de dénoncer.

Jean-Loup Chiflet, amoureux des mots, et Marie Deveaux, lexicographe, ont décidé de les débusquer, de les recenser et de les analyser pour faire prendre conscience aux hommes (et même parfois aux femmes) de l’extrême misogynie du français.
Avec humour et sérieux, ils démontrent que rien n’est plus facile que d’éliminer de notre vocabulaire des mots qui n’ont d’autre utilité que d’insulter, de mépriser, de rabaisser les femmes. Le " politiquement correct " s’est imposé, ils décident d’imposer le " sexuellement correct ".

Jean-Loup Chiflet est l’auteur, entre autres facéties, de l’incontournable Sky my husband ! Ciel mon mari ! et du non moins fameux Oxymore mon amour ! Il est l’adaptateur en France des dessins et légendes du New Yorker, et l’éditeur de quelques joyeux humoristes patentés. Il a également publié un Dictionnaire amoureux de l’humour et un Dictionnaire amoureux de la langue française aux éditions Plon.

Marie Deveaux est éditrice et auteure de dictionnaires et d’encyclopédies (Larousse, Bordas, Harrap’s, Fleurus...). Avec son mari Hubert Deveaux, elle coécrit, des livres d’humeur et d’humour dont Comment traire une poule ? Manuel à l’usage des nouveaux campagnards (Chiflet & Cie, 2006), Brèves de l’histoire de France (Tallandier, 2012), Qui va à la chasse perd sa place ! Les mots de la chasse dans notre langue (Éditions du Gerfaut, 2017).

Le livre, "#Balance ton mot", dresse un inventaire de vocabulaire sexiste, machiste, phallocrate et misogyne, sans oublier les adjectifs qui se termine en « asse » comme « blondasse, grognasse, chaudasse et autres radasses » . En fin d’ouvrage, les rimes en « euse » mises en musique par Georges Brassens , misogynie à part bien entendu .

Pour commander, cliquez ici