Le blog d’AdmiNet

Accueil > Billets > Plan de numérotation téléphonique en France : la vision du consommateur

Plan de numérotation téléphonique en France : la vision du consommateur

mercredi 12 janvier 2005, par Elisabeth Porteneuve

Le 27 octobre 2004 l’ART a lancé une une consultation publique sur l’évolution du plan de numérotation téléphonique en France, cf.
http://www.art-telecom.fr/communiques/communiques/2004/index-c271004.htm, les réponses doivent parvenir à l’ART avant 26 janvier 2005.

Le texte intégral de la consultation est disponible à http://www.art-telecom.fr/publications/c-publique/index-cpub-planum-oct04.htm.

Louis Pouzin est chargé au sein de groupe Nommage et Adressage de l’IPv6TF de réunir les élements de réponse.

Lettre à Louis Pouzin

Louis,

Je n’ai pu être présente le 24 novembre 2004, hélas, mais personnellement je voudrais faire quelques observations. L’enquète de l’ART est importante.

La numérotation téléphonique nationale, et ses centaines des tarifications téléphoniques, sont devenues totalement indécodables et incompréhensibles. C’est trop compliqué et les usagers sont victimes de tout : d’abord des abus des numéros dit 0800, ou encore des numéros voleurs d’argent, ensuite de la complexité induite par le combinatoire de N paramètres possibles et imaginables des mobiles, et finalement ils ne savent plus aucun coût. Sans nul doute cela était un effet bien recherché, car un utilisateur désorienté cherche à simplifier, et quoi de plus naturel que des pièges des forfaits plein des consommations inutiles, et prolongeant des abonnements chers pour un 24 mois par-ci où par-là.

Ce qui m’amène à proposer la réponse à la question 6 sur "La vision du consommateur".

Q 6. Ces informations vous semblent-elles pertinentes aujourd’hui ? à long terme ? Comment classeriez-vous ces informations par importance pour le consommateur ? Quelles autres informations serait-il utile de connaître via le numéro de téléphone ?

Réponses :

- 1. Non ces informations ne sont plus pertinentes aujourd’hui, et encore moins à long terme. La signification d’une région géographique a changé de sens avec la création de l’Europe. Partager la France en 5 régions géographiques des télécoms n’a pas de sens - qui est capable de donner de mémoire la limite entre 01 et 02 où 03 ? Les différences des tarifications "locales, de proximité où de voisinage" n’ont aucun sens non plus, sont des reliques du passé, incompréhensibles.

- 2. Les informations pertinentes pour le consommateur sont le prix unitaire de la communication à l’appelant (et à l’appelé si cette barbarie doit persister) et le temps local UTC de l’appelé (pour ne pas le réveiller la nuit). Dans les cas d’urgences une position plus précise.

- 3. Vu le scandale des abus des numéros dit 0800, ou encore des numéros voleurs d’argent, la zone 08 est devenue pourrie. Il est donc préférable que la téléphonie sur IP utilise les zones 01-02-03-04-05 devenues banalisées.

Désolé pour le ton un peu brusque,
Toutes mes amitiés.

Elisabeth Porteneuve

Messages

  • Le problème est mal posé.

    Il n’y a pas de "numéros voleurs d’argent", il n’y a que des opérateurs qui ne respectent pas l’obligation d’étiquetage des prix, donc avant l’accès au service.

    Un numéro gratuit 0800 devient payant par la magie de l’airtime prélevé par les opérateurs mobiles. Le numéro reste pourtant gratuit n’est-ce pas... L’opérateur ne délivre aucune information tarifaire avant la connexion au numéro gratuit devenu payant.

    Enfin, prenons l’exemple d’un numéro court comme le 3212.
    Service : renseignements téléphoniques internationaux.
    Editeur : France Télécom.
    Tarif : 3 euros par appel,pour obtenir 2 renseignements, ou 1 ou 0, tarif non communiqué avant la connexion au service.

    Les éditeurs indépendants sont les seuls à respecter l’obligation déontoligique d’affichage des prix fixée par le CST seulement à partir du palier 0899PQMCDU dans la grille tarifaire de l’ART, soit 1,35 euro par appel + 0,34 euro la minute.

    Le non respet de cette règle conduit à la coupure du service et à une amende du CTA, intégralement prélevée par FT.

    FT s’attribue par ailleurs à elle seule des tarifs encore plus élevés comme celui du 3212, en dehors des obligations du code de déontolgie du CST d’abord, du respect de la loi ensuite.

    L’association professionnelle que je préside (voir www.spmt.org) demande depuis des années l’obligation de délivrer un film sonore tarifaire avant toute connexion à un numéro spécial, seul vrai remède au problème soulevé par Elisabeth, solution qui a déjà été adoptée dans de nombreux pays, à la satisfaction de tous.

    Cordialement.

    MB

    Voir en ligne : SPMT