Le blog d’AdmiNet

Accueil > Billets > Exposition biennale d’art contemporain de Lyon 2007

Exposition biennale d’art contemporain de Lyon 2007

du 19 septembre 2007 au 6 janvier 2008

mardi 25 septembre 2007

L’HISTOIRE D’UNE DÉCENNIE QUI N’EST PAS ENCORE NOMMÉE

Thierry Raspail, Directeur Aristique de la Biennale de Lyon

PARLONS BIENNALES :

Il y a quelques décennies, l’historien d’art George Kubler inventait la notion d’Objet Premier. C’est une forme, un tableau ou un édifice dont l’évidence rétrospective est acquise à l’issue d’une longue descendance. N’est-ce pas là le plus pompier des lieux communs ? Oui et non. Oui, car l’histoire existe encore, malgré Francis Fukuyama, et son rôle central dans la constitution d’une mémoire n’est nullement mis en cause. Non, car l’évidence pour l’historien est bien ce qui échappe à l’oubli. L’évidence est ce qui perdure : c’est l’oeuvre restée collée aux cimaises ou l’image référence. De ce point de vue, c’est une figure d’autorité. Mais c’est aussi une manière d’affirmer que le présent n’existe jamais qu’à travers le futur supposé qu’on lui prête.

L’oeuvre n’existe qu’après coup ou s’évapore et disparaît. C’est pourquoi l’historien ne travaille jamais qu’au futur antérieur. Pas dans l’instant. Ce n’est pas le cas du curator chargé d’organiser l’actualité.
Distinguer le présent de l’actualité, c’est l’enjeu crucial de l’aujourd’hui. Avec la fin des régimes d’historicité traditionnels et l’apparition du “présent perpétuel” (François Hartog), la distinction s’est estompée, c’est pourquoi le système des biennales, actualisant l’actualité, a si bien réussi en quelque trente ans. L’aujourd’hui compte dans le monde 110 biennales environ qui dressent chacune la carte d’une actualité exponentielle, renouvelable à l’envi et interchangeable. Par conséquent le flux l’emporte sur la singularité. 110 biennales, 110 listes d’artistes, 110 titres, une biennale hebdomadaire, chacune recouvrant et annulant la précédente. La mécanique des biennales habite et génère un présent étiré à l’infini.
Comment dans cette perspective une biennale peut-elle être encore une instance critique ou un éclair de discernement dans la langueur du flux ? Prétendrons-nous que l’art emprunte désormais à la vacuité et à la rythmicité de l’événement politique ou sportif - dont on sait qu’ils s’auto-qualifient souvent l’un et l’autre d’“historique” - mais dont on sait plus encore qu’ils ne sont événements que rétrospectivement ?
Le système est-il complice d’une certaine google-isation dont le classement au top de l’écran est lié à la popularisation du nombre de clics, ce qui a pour conséquence de faire de la qualité une émanation de la quantité ? En bref, sommes-nous victimes de nos propres moteurs de recherches qui amplifient l’atavisme de l’information et privilégient naturellement la communication immédiate à la lente déposition des alluvions ?

L’oeuvre n’est-elle pourtant pas ce ralentisseur, à la fois patenté et archaïque des flux, tout comme le littéraire ou l’auteur pourraient l’être ailleurs ? Si la réponse à cette question est affirmative on en déduira que le temps des biennales n’est pas celui des oeuvres, qu’ils sont même l’un et l’autre profondément antagonistes. C’est tout l’enjeu de la Biennale 2007.

PARLONS HISTOIRE :

Jorge Luis Borges dans “La bibliothèque de Babel” nous décrit fort bien l’enthousiasme euphorique des peuples pour la réunion enfin réalisée de tous les livres dans la bibliothèque. Puis il décrit le désarroi de tous devant ces ouvrages introuvables sous l’effet de l’accumulation.
La Biennale de Lyon depuis sa création en 1991 s’est toujours efforcée 4 d’être avant tout une exposition, c’est à dire d’émarger dans la colonne historienne. Depuis 2003 elle s’est engagée sur le terrain de la temporalité, mot valise aussi générique que malléable, c’est-à-dire plastique, qui eut d’abord pour objet moins de rendre compte de l’actualité que d’essayer d’en cerner les composantes. Ce fut “C’est arrivé demain” en 2003 puis “L’expérience de la durée” en 2005.
En 1993, la 2e Biennale de Lyon tentait de nommer le siècle. Son titre était : “Et tous ils changent le monde” (emprunté à Julian Beck). Nous étions au seuil de l’histoire, sept ans avant les années 00. Aujourd’hui, sept ans après les années 00, la Biennale tente de nommer la décennie.
C’est le même projet historien, lui aussi au seuil de l’histoire, mais dont la flèche du temps est inversée. Prétendre associer l’histoire au présent et à l’actualité, dont on a vu que l’écart manifeste entre l’un et l’autre est précisément un enjeu historien, est à la fois inévitable et porteur de confusion.
La question de l’actualité pour les biennales a ce caractère d’évidence qui en fait comme pour l’oeuvre, une vérité rétrospective. Quant à l’histoire, il faut à Marc Bloch, Pierre Francastel et François Hartog, associer Paul Ricoeur et Paul Veyne, rétrospectivement.
Je souhaitais clore la trilogie 2003/2007 sur la question de la temporalité en interrogeant ces micro-régimes d’historicité, ce qui, pour paraphraser T.S. Eliot, nous conduit par déperdition successive de la Sagesse à la Connaissance, puis de la connaissance à l’Information, puis enfin de l’info aux News.

Quelles sont les news (lesquelles ont supplanté les brèves) qui feront présent, c’est-à-dire histoire ? Quel “temps et récit” construire ? Comment, d’une certaine manière, visualiser une forme d’archéologie de l’actualité ? Il doit bien y avoir une histoire à l’actualité, et une archéologie à l’actualité de l’actualité (le présent indifférencié).
C’est pourquoi il nous faut construire maintenant une biennale historienne, rétrospective d’avenir, dont l’intention serait de combler le vide séparant ces trois couples antagonistes que sont le présent et l’actualité, la naissance de l’oeuvre et le système des biennales, l’histoire et la temporalité.

Parce que Stéphanie Moisdon et Hans Ulrich Obrist sont entrés dans la série des filiations (l’“Age systématique” selon Kübler) dans les années 90, l’une pour les “artialiser” en séquence (Alain Roger), et l’autre pour les globaliser en flux, ils me paraissaient tous deux représenter la double instance critique susceptible de combler cette interrogation.
C’est ce qui initia notre dialogue. Ils ont répondu globalité à la globalisation, intrigue à l’histoire, récit d’anticipation au présent, jeu à la mécanique de la sélection, et polyphonie à l’actualité.
Dans cette Biennale il y a deux types de joueurs, des artistes et des “curators” dont le rôle distinct repose sur deux règles temporelles différentes, mais dont l’objet est on ne peut plus évident : affirmer la place centrale de l’artiste. Et il y a deux tables de jeux répondant à des procédures d’expositions diverses.
Le scénario est conçu par Stéphanie Moisdon et Hans Hulrich Obrist à partir des prémices que je leur ai exposées, portant sur l’histoire, la mémoire, l’actualité et l’oubli, et leur “présentification”.
Le futur dira si nous aurons su être de notre temps.

THIERRY RASPAIL

Le commissaire de l’exposition.

Historien de l’art, titulaire d’une thèse sur “la question du musée”, Thierry Raspail débute sa carrière de Conservateur au musée de Grenoble. Après plusieurs missions en Afrique de l’ouest, il signe la muséographie du Musée National de Bamako (Mali).

Il occupe le poste de Directeur du Musée d’Art Contemporain de Lyon depuis sa création en 1984. C’est à cette époque qu’il définit un projet muséographique reposant sur le principe d’une collection de moments composée d’oeuvres génériques. La plupart monumentales, ces oeuvres, à l’échelle de véritables expositions monographiques, constituent le socle du musée : Joseph Kosuth, John Baldessari, Robert Morris, Daniel Buren, Robert Filliou, Ilya Kabakov, George Brecht... Bientôt, le musée développe dans l’esprit Fluxus, alors très peu représenté en France, une collection d’installations sonores (Terry Riley, La Monte Young, Laurie Anderson...). En 1991, Thierry Raspail crée la Biennale d’Art Contemporain de Lyon et en occupe le poste de Directeur Artistique. Il travaille avec Harald Szeemann, Jean-Hubert Martin, Le Consortium, Jérôme Sans, Nicolas Bourriaud, et en 2007 avec Stéphanie Moisdon et Hans Ulrich Obrist.

Il est commissaire de plusieurs expositions marquantes : La Couleur Seule l’expérience du monochrome (avec Maurice Besset), Ed Ruscha, Dan Flavin, James Turrell, Robert Morris... et Mathieu Briand, Kader Attia, Fabien Verschaere ou encore SingulierS, dévolue à la création française (Musée d’Art du Guangdong).

http://www.biennale-de-lyon.org/bac2007/fran/


Voir en ligne : http://www.biennale-de-lyon.org/bac...